Radiodiagnostic et Imagerie médicale

Coordonnateur du DES et ses coordonnées

  • Pr Christophe Chagnaud
  • christophe.chagnaud@ap-hm.fr
  • Service de radiologie
  • CHU Conception
  • 147 Bd Baille, 13385 Marseille Cedex 05
  • Tel : 04 91 38 39 00/04/05

Mot des référents

 

Spécialité diagnostique et thérapeutique, au cœur de l’innovation, la radiologie ouvre des possibilités infinies à tout interne motivé qui peut ainsi balayer en détail toutes les surpécialités médicales de l’anténatal jusqu’au post-mortem avec des types d’imageries très variées : Quel spécialité en fait autant ?

Pourquoi être motivé ? Parce que c’est un internat long de 5 ans, voir 6 ans si option radiologie interventionnelle avancée !

Les horaires sont variables, en moyenne 8h-18h30 au minimum dans les CHU (la garde commence à 18h30), et en fonction de l’activité programmée on peut finir jusqu’à 19h30.

En périphérie c’est plutôt du 8h-17h30-18h.

Un interne différent est de fermeture chaque soir (jusqu’à 20h max) dans les CHU ce qui permet de vérifier les derniers examens qui passent tard, et de signaler rapidement s’il y a quelque chose d’urgent dessus.

Il y a des astreintes le samedi matin en fonction des services (4-5 par semestre en moyenne), ainsi qu’un planning de garde en Radiologie où l’on entre lors de son début de 2ème année. En moyenne on a 3 gardes par mois (jours de semaine et/ou wekeends)

L’excellente ambiance dans les équipes, le dynamisme de la ville et sa région magnifique associée au soleil quasi quotidien rendent cet internat attractif.

La qualité de vie est un point essentiel en Radiologie : les repos de garde sont systématiques, et la possibilité de remplacer en privé/libéral au cours de son internat, et donc d’arrondir confortablement ses fins de mois ! Les débouchés sont légion et la diversité de mode d’exercice ne fait rivaliser aucune autre spécialité (CHU, libéral, privé, cabinet, téléradiologie, mixte de tout ça)

L’école Marseillaise tend à autonomiser très rapidement l’interne  (parfois peut-être un peu trop vite dans certains services !), et gère ses vacations d’échographie et de scanner avec l’aide d’un sénior en cas de besoin, en plus de l’habituelle émulation entre co-internes si soucis.

Les vacations d’IRM sont assurées par un binôme sénior / junior, et permettent à l’interne une formation privilégiée sur cette technique de plus en plus accessible.
Selon les sites, les internes sont spécialisés par organe ou au contraire bénéficient d’une approche globale ; l’idéal à la fin des 5 ans étant d’avoir découvert toutes les facettes de cette profession. Cela implique de bonnes connaissances en anatomie, mais aussi en clinique et en thérapeutique, pour pouvoir conseiller les correspondants et répondre à leurs attentes.
Le rôle du radiologue comme participant actif à la prise en charge du patient est particulièrement important lors des RCP dans toutes les spécialités afin de poser un diagnostic précis en imagerie, programmer une biopsie écho/scanno-guidée, voir un traitement (thermo-ablation, etc…). Seul le radiologue surspécialisé sait analyser correctement les examens de sa spécialité.

La collaboration entre les radiologues et particulièrement les chirurgiens est essentielle au quotidien pour la prise de décision.

Les amateurs de gestes seront aussi comblés : la radiologie interventionnelle et ses indications sont en pleine expansion (depuis 1964 !)  avec plus d’une centaine de gestes différents, les interventions sont vastes et séparées en plusieurs domaines distincts ( Urgence/Vasculaire, Oncologie, Neuroradiologie et Ostéo-articulaire). Pour en citer quelques interventions : thrombectomie mécanique sur accident vasculaire cérébral ischémique,  embolisation d’un anévrisme cérébral, traitement d’une lésion pulmonaire par thermo-ablation (radiofréquence/cryothérapie) , pose de TIPS, en passant par le drainage de collections profondes écho ou scanno-guidée, ou bien embolisation d’une hémorragie de la délivrance, ou encore les infiltrations intra-articulaires, etc… ; tous les organes et une multitude de pathologies sont susceptibles de passer entre les mains d’un radiologue.

Concernant les débouchés, il y en a peu à l’hôpital (comme partout), MAIS il y en a énormément en privé/libéral, notamment grâce au départ en retraite de nos confrères plus âgés et à la constitution de groupes de radiologues de plus en plus nombreux, tournant sur plusieurs sites privés ou publics pour avoir accès à des plateaux techniques complets.

 

Coordonnées des référents

Romain Bec : r.bec@hotmail.fr

Thibault Agripnidis : thibaultagripnidis@gmail.com

 

MAQUETTE DU DES : Réforme « NOUVEAU REGIME »

Elle comporte 1 année de phase socle, 3 années de phase d’approfondissement, puis une phase de consolidation. Cette dernière dure 2 ans (au lieu de 1 an) pour les internes qui s’inscriront dans l’option « Radiologie Interventionnelle Avancée »

 L’entrée en phase de consolidation suppose au préalable d’avoir soutenu la thèse de Médecine, donc avant la fin de la 4ème année.

La 1ère année de phase socle est consacrée plus particulièrement à l’apprentissage de la radiologie des urgences. Un poste d’interne sur une ligne de garde ou astreinte de Radiologie ne pourra pas être occupé avant le début de la 2ème année.

Le parcours en stages au terme de la phase d’approfondissement doit avoir permis d’aborder en théorie chacune des 10 sur-spécialités radio-cliniques. A Marseille nous avons des stages qui correspondent à toutes les sur-spécialités.

La maquette permet 0 ou 1 semestre libre hors radiologie au cours du cursus.
La maquette impose 3 ou 4 semestres dans un hôpital périphérique (=hors CHU) au cours des 10 semestres d’internat. Le cas échéant, les stages en périphérie qui n’auraient pas été faits en début ou milieu de cursus devront donc obligatoirement être faits en fin de cursus.

1ère année : Phase socle
  •  Module « Urgences » : L’équivalent de plusieurs jours de cours en e-learning sont à suivre au préalable, dès la rentrée, suivis (après la validation de l’e-learning) de 3 jours d’enseignement présentiel obligatoire à Paris en décembre 

Modules fondamentaux :
6 modules de cours en e-learning (radiographie, scanner, produits de contraste, échographie, Radioprotection, IRM)

2ème, 3ème et 4ème années : Phase d’approfondissement
  •  Modules radio-cliniques : 
    10 modules de cours en e-learning sont à suivre au cours de la phase d’approfondissement

la validation suppose :
1/ d’avoir terminé l’enseignement en e-learning du module
2/ d’avoir obtenu une note minimale de 70% au module lors d’au moins 1 des 3 sessions annuelles d’examen.

5ème année : Phase de consolidation (hors option RIA)

Le CERF propose l’inscription optionnelle à différentes « Mentions de sur-spécialités » :

Abdo-Digestif

Uro-Néphrologie

Pédiatrie

Ostéo-articulaire

Neurologie

Thorax

Cardio-vasculaire

Tête & Cou

Sénologie

Gynécologie

 

5ème & 6ème années : Phase de consolidation option RIA
  1. https://cerf.radiologie.fr/enseignement/des/nouveau-régime/radiologie-interventionnelle-avancée

Validation du D.E.S.

  •  Les différents pré-requis concernant la validation des modules et des stages ont été détaillés ci-dessus.
  • La soutenance du mémoire de DES se fait en fin de 5ème année (ou de 6ème année pour les internes de RIA) devant la commission régionale du DES (remarque : la thèse devant être soutenue avant la fin de la 4ème année, la soutenance du mémoire a donc lieu 1 an minimum après la soutenance de thèse).

 

  • Stages en dehors de la région
    Les internes ont la possibilité (théorique) de réaliser trois semestres dans des services hors de leur subdivision d’origine.
  • Stages à l’étranger
    Sous conditions, les choix à l’étranger et dans les hôpitaux du Service de Santé des Armées sont autorisés.
  • Année de recherche
    Les internes peuvent bénéficier à partir de la deuxième année d’une « année recherche » dans un laboratoire français agréé, d’autant plus qu’à Marseille nous avons la chance d’avoir le CERIMED-LiiE (Laboratoire d’Imagerie Interventionnelle Expérimentale). Cette année n’est pas décomptée dans le durée de 5 ans du DES.

 

Formation théorique :

L’essentiel de la formation se situe en ligne sur le site du CERF et de la SFR qui prodigue les e-learnings ainsi que les modules à valider.

Il existe pléthore de sources en radiologie pour se former à toutes les surspécialités ou pathologies grâce à la médiathèque de la SFR (poster pédagogique/cas cliniques/cours) ainsi que de nombreux livres médicaux excellents, et quelques sites internet variés de qualité qui héberge des cas cliniques et des posters pédagogiques reconnus.

La formation en interne à l’hôpital a subi un coup d’arrêt lors de la pandémie COVID19, mais l’activité est en train d’être relancée avec des cas cliniques, cours présentiels, et cours en Zoom petit à petit.

 

Stages ouverts et budgétés :

  • CHR Marseille – Hôpital Timone adultes : Service JACQUIER  
  • CHR Marseille – Hôpital Timone adultes Neuroradiologie : Service GIRARD
  • CHR Marseille – Hôpital Timone enfants : service PETIT
  • CHR Marseille – Hôpital Conception : service CHAGNAUD
  • CHR Marseille – Hôpital Nord : service CHAUMOITRE
  • CHR Marseille – Hôpital Sainte Marguerite : service CHAMPSAUR
  • Institut Paoli Calmettes : service PIANA
  • Hôpital d’instruction des armées Saint-Anne : service LAPIERRE-COMBES
  • Aix en Provence : service CASSIN
  • Aubagne : service GAXOTTE
  • Salon de Provence : service PASQUALI
  • Hyères : service BOUTIN
  • Martigues : « changement en cours »
  • Laveran HIA : service GABAUDAN

 

Stages possible d’ouvrir si demande:

  • Gap : ESPIN FERNANDEZ
  • Ajaccio : LELAURIN
  • Bastia : ORABONA
  • La Ciotat : BARBERET-FAKHRY

 

Problèmes rencontrés dans la spécialité

On ne va pas vous le cacher, le rythme marseillais est plus difficile que dans beaucoup d’autres villes, et les inter-CHU qui viennent se former à Marseille sont souvent très surpris de la quantité de travail par rapport à leur ville d’origine.

La plupart du temps l’encadrement est correct, mais il arrive dans certains stages que les internes, mêmes jeunes, soient livrés à eux-mêmes : et c’est souvent stressant ! Dans cette situation il ne faut pas hésiter à prendre un avis à un senior ou un de ces co-internes plus expérimentés.
Heureusement, les gardes sont séniorisées, avec sénior sur place à La Timone ou à l’hôpital Nord, et le repos de garde est systématiquement accordé dans tous les services.
Le problème des postes de CCA ou d’assistant spécialisé se pose, comme dans toutes les disciplines, et les grosses promotions auront peut être des difficultés dans les années qui viennent à trouver des places.